La question kurde dans le miroir français

Par Mathieu Léonard

Peuple sans État, les Kurdes ont toujours été les floués de l’histoire : des amis qui suscitent l’empathie, mais pas des alliés bénéficiant d’un véritable soutien, et pour lesquels l’inconséquence américaine constitue un invariant historique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis lâchent les Kurdes en rase campagne. Et il n’est pas non plus inédit de voir la France et l’Europe afficher leur amitié avec ce peuple sans État, tout en le sacrifiant sur l’autel de leurs intérêts géopolitiques, cette fois principalement la crainte que la Turquie ne joue plus son rôle de barrage vis-à-vis des réfugiés souhaitant rejoindre le continent européen.