Le «loup solitaire» n’est jamais loin de la meute

Par

Pour l'historien Nicolas Lebourg, la méthode du « loup solitaire », théorisée dans les années 1970 par un néonazi américain, ne peut être réduite à l'auto-radicalisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procès d’Abdelkader Merah a provoqué un flot de réactions et, comme il se doit, le verdict a entraîné un flux d’indignations. L’ancien premier ministre Manuel Valls est ainsi catégorique : « Merah n’était pas un loup solitaire. Il a grandi dans une famille marquée par la haine profonde des Juifs, de la France et de ses valeurs. » Aussi, « à titre personnel », il aurait « aimé qu'[Abdelkader Merah] soit condamné aussi de complicité d’actes de terrorisme ».