Poète, prends ton slam et me donne un traité

Par

Un slameur, Souleymane Diamanka, et un passeur épris de stylistique, Julien Barret, procèdent à une introspection partageuse dans Écrire à voix haute (L'Harmattan). Rencontre avec deux défricheurs des mots, qui prennent le verbe au collet…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Il est rare que slameurs ou rappeurs soient pris aux mots. La presse se saisit de cette poésie urbaine pour illustrer les marginalisations rageuses ou idéalistes des cités, rarement pour découvrir les textes ainsi proposés. Souleymane Diamanka et Julien Barret relèvent le défi en partant du précepte d'André Breton (Point du jour, 1934) : « La médiocrité de notre univers ne dépend-elle pas essentiellement de notre pouvoir d'énonciation ? »