Jorge Semprún: «Le camp comme métaphore...»

Par et

Jorge Semprún réfléchit sur la société inégalitaire, fraudeuse et parfois solidaire du camp de Buchenwald, tout en soulignant l'aveuglement que put susciter le Goulag. Et saisit le XXe siècle comme celui des barbaries.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans Une tombe au creux des nuages. Essais sur l'Europe d'hier et d'aujourd'hui (Climats, 328 p., 19€), Jorge Semprún s'avère hanté par «la terrifiante singularité de la shoah», en raison du «système fordiste dans la chaîne de production de la mort juive».