Mettre les mots sur l’amour de loin

Par Tiphaine Samoyault (En Attendant Nadeau)

Le roman de Lisa Ginzburg met en scène deux personnages aux prises avec les difficultés de l’éloignement géographique et linguistique. Au pays qui te ressemble témoigne avec lucidité des illusions dont se berce parfois l’amour de loin et qui peuvent conduire à la tragédie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La femme est italienne et elle vit à Paris, où elle réalise des documentaires pour la télévision. L’homme est brésilien et il vit principalement au Brésil, mais aussi partout dans le monde, là où le conduit sa profession de danseur et de chorégraphe célèbre. Ils se rencontrent à Birmingham, lors d’une de ses tournées. De sa part à elle, c’est la fascination pour le monde qu’il lui offre, un Brésil fantasmé, désiré, tant de fois imaginé ; un Brésil obscur, celui du candomblé et de ses rituels : « L’aura d’une terre inconnue, vécue en rêves, l’appelait. » Lui aime en elle l’Italie et Paris, mais il aime aussi l’attraction qu’il exerce sur elle.