Le temps d’un roman, Dave Eggers se glisse dans la peau d’un enfant du Soudan

Par

Surdoué de la littérature américaine, Dave Eggers la malmène pour son bien. Mais il sait aussi s'inscrire dans ses traditions les plus vivaces, comme avec Le Grand Quoi, un roman construit sur le récit oral de son réel personnage principal, un jeune Soudanais ayant fui la guerre civile pour se retrouver aux Etats-Unis. Extrait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si cela n'avait pas, en France, une résonance péjorative, on pourrait dire que Dave Eggers est un entrepreneur des lettres US. Depuis le début du siècle, c'est avec frénésie qu'il bâtit une œuvre protéiforme, comme auteur (de fiction et de non-fiction, de romans et de nouvelles, de comics et d'essays) mais aussi comme éditeur aux deux sens du terme (rédacteur en chef et maison d'édition). Révélé au grand public par son premier livre malicieusement titrée Une œuvre déchirante d'un génie renversant, un récit autobiographique sur les années qui ont suivi la mort concomitante de ses deux parents lorsqu'il avait vingt-deux ans et la manière dont il se trouva responsable de son petit frère de huit ans, Dave Eggers avait déjà une longue expérience de la presse (il réalisait notamment une BD pour le SF weekly) et des journaux en ligne (il fut l'un des premiers contributeurs de salon.com). Il est surtout le fondateur de la maison d'édition McSweeney's à qui l'on doit de magnifiques anthologies fourre-tout ainsi qu'une revue trimestrielle et un mensuel The Believer, illustré par des graphistes et rédigé par des écrivains les plus pertinents sur à peu près n'importe quoi.