Claude Allègre renonce à ses poursuites contre Politis

Par

L'ancien ministre se désiste du procès en diffamation publique qu'il intentait depuis trois ans au journal Politis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les 20 et 21 septembre, devait se tenir à la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris une audience très attendue par ceux qui s’intéressent au climat en général, et au climato-scepticisme en particulier : Claude Allègre, l’ancien ministre socialiste, devait s’y confronter au journal Politis qu’il poursuivait pour « diffamation publique ». Objet du litige : une tribune parue dans l’hebdomadaire le 18 juin 2009 (à lire ici), où huit intellectuels et scientifiques (Geneviève Azam, Jean-Yves Barrère, Denis Clerc, Benjamin Dessus, Jean Labrousse, Gus Massiah, Michel Mousel et Jacques Testart) mettaient en cause l’éthique du physicien. Ils évoquaient notamment son comportement dans l’affaire du volcan de la Soufrière, en juillet 1976 (contre l’avis d’Haroun Tazieff, chargé de volcanologie à l’Institut de physique du globe, Claude Allègre avait décrété qu’une grave irruption menaçait, conduisant à l’évacuation d’une partie des populations de Saint-Claude et Basse-Terre en Guadeloupe).