Rimbaud, plongée dans le révélateur

Par et
Une image du poète à l'âge adulte est venue jeter le trouble au printemps dernier. Cette découverte iconographique n'en a pas moins tracé son chemin aventureux et trouvé confirmation. Visite guidée par ses découvreurs mêmes sous la forme d'un entretien avec Jean-Jacques Lefrère et de diaporamas vidéo de la photographie retrouvée, commentés par les libraires Jacques Desse et Alban Caussé.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

On se souvient du bruit qui a suivi l'annonce, lors du Salon du livre ancien, des 16 et 18 avril derniers, de la découverte d'une photographie de groupe datée de 1880-1885, prise à Aden, en Arabie, dans l'actuel Yémen. Alban Caussé et Jacques Desse, les libraires dénicheurs, bientôt rejoints par le biographe Jean-Jacques Lefrère, avaient en effet acquis la ferme conviction qu'Arthur Rimbaud figurait parmi les personnages, alors non identifiés, saisis par l'objectif sur le perron de l'hôtel de l'Univers de la cité portuaire (voir notre article ici). Ils racontent dans cette première vidéo comment la photo est arrivée entre leurs mains.

(Utiliser la touche F5 de votre ordinateur si cette page ne s'affiche pas entièrement.)

 

À elle seule, la place si singulière et importante qu'occupe ce poète prodige des lettres françaises explique l'écho considérable qu'a suscité cette découverte, et par là même les discussions souvent vives qui l'ont entourée par blogs sur internet, ou voie de presse. Car nulle autre figure peut-être que celle quasi légendaire de Rimbaud ne symbolise mieux cette part d'imaginaire dans l'art que chacun s'approprie intimement. Ce phénomène d'appropriation est d'autant plus marqué pour le poète ardennais que l'œuvre éconduite à l'âge adulte par son auteur même semble ainsi rendue «intouchable», reléguée à une enfance de la vie que d'aucuns portent comme un «vert paradis».

Précisément, toute l'importance de la découverte de ce qui est donc présenté comme le neuvième portrait photographique de Rimbaud, c'est que pour la première fois le visage du poète à l'âge adulte y apparaît à peu près nettement. Le premier accroc à cette légende décrétée intouchable du poète est donc flagrant. D'autant que si les libraires et le chercheur associé à cette découverte ont fondé leur position sur des recherches documentaires préliminaires, leur conviction s'est principalement nourrie d'une identification possible, selon eux, du personnage de la photo retrouvée en Rimbaud adulte (dans un premier temps, dans une fourchette d'âge de 26 à 30 ans) sur des critères de ressemblance physique. Qui plus est, ils n'ont pas hésité à l'établir par comparaison (au moyen de relevés précis) avec un des clichés de jeunesse du poète (déclaré par ses proches le plus fidèle), pris par Carjat.

 © DR © DR

Même autorisée par des vérifications documentaires préalables, cette méthode d'identification encourait le reproche de la subjectivité d'appréciation. Chacun a pu faire l'expérience autour de soi: mis en présence de l'ensemble des clichés disponibles du poète, mais aussi des dessins et portraits, et de ce visage extrait de la photo de groupe d'Aden, les avis quant à la «ressemblance» peuvent diverger du tout au tout.

Ces réactions contradictoires étant d'autant plus nourries que l'opération visant à identifier en adulte le jeune poète adulé menace donc d'être sacrilège.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

C'est Hugo Vitrani qui a réalisé les diaporamas vidéo dont il a eu l'idée pour cet article. L'entretien avec Jean-Jacques Lefrère a été finalisé par courriels. Il fait suite à de nombreux échanges avec des contributeurs variés, y compris bien sûr Claude Jeancolas, à propos notamment de l'explorateur Lucereau, formellement identifié sur cette photo retrouvée d'Aden (voir onglet Prolonger). Il est par ailleurs étrange de noter que ce fougueux explorateur, qui périt massacré à coups de lance en octobre 1880 à quelques heures de marche de Harar, était officiellement en quête des sources d'un affluent du Nil bleu. Les sources du Nil, grand mystère du XIXe siècle s'il en fut...

Nous avons enregistré Alban Caussé et Jacques Desse dans leur librairie le mardi 14 septembre.