Le patrimoine à l’encan

Par

À l’heure de la mission donnée à Stéphane Bern, quelles sont les logiques spéculatives générées par la médiatisation des patrimoines bâtis nationaux et locaux ? Celle-ci a certes vocation à stimuler l’émotion des mécènes, mais elle génère des inégalités qui alimentent le débat en matière de « droit au patrimoine » et réinterrogent le rôle de l’État dans un contexte d’inflation patrimoniale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au mois de mars 2018, la couverture de l’hebdomadaire Le Point titrait : « Comment sauver le patrimoine français », attirant l’attention sur le « plan d’urgence de Stéphane Bern », dont le portrait faisait aussi la première page. Ce dernier a été chargé en septembre 2017 par le président de la République d’une mission d’identification et de sauvegarde du patrimoine « en péril », notamment en zone rurale. Cette mission, appuyée par la Fondation du patrimoine et certaines Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), devait notamment faire appel à des financements en provenance du mécénat. Ajoutons ici que le même animateur de chaînes télévisées a également obtenu la possibilité d’initier un « loto du patrimoine », forme ludique de levée de fonds.