Marie NDiaye cerne l’incernable terrorisme au théâtre de l’Odéon

Par

Création à Paris de Berlin mon garçon de Marie NDiaye, dans une mise en scène de Stanislas Nordey. À partir de la haine d’un enfant de Chinon radicalisé en Allemagne, la pièce sonde les failles familiales et le maelstrom du monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est rare d’assister à la création d’un spectacle de théâtre contemporain en ayant l’impression d’entrer de plain-pied dans un classique. Ce fut sans doute le cas, par exemple, en 1935 avec La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux ; en 1960 avec Le Balcon de Jean Genet ; ou en 1987 avec Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès. Aujourd’hui, une telle évidence s’impose avec Berlin mon garçon de Marie NDiaye.