Le Chili au révélateur de la fiction

Par et

Avec Personnages secondaires, le romancier Alejandro Zambra interroge la mémoire impossible du Chili des années 1980, celle d’une enfance sous Pinochet, en regard de ce qu’est devenu son pays, en faisant de la fiction une manière d’accéder à la réalité et non sa négation. Entretien vidéo avec l’auteur et premières pages du roman.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chili, années 80, années Pinochet : un enfant de 9 ans joue les espions dans l’espoir de séduire Claudia, 12 ans. Pour elle, il note les allées et venues d’un homme mystérieux et lui livre ses rapports détaillés, un jeu qui apprend à mentir ou se taire, à se cacher : rien d’innocent. Mais rien de complètement coupable non plus. Le Chili d’Alejandro Zambra est celui d’un clair-obscur, de ceux qui n’étaient ni des martyrs ni des salauds sous la dictature – des Personnages secondaires, comme l’avance avec finesse le titre français du roman qui paraît en cette rentrée à L’Olivier.