Anne Hidalgo doit trouver une sépulture à Michel Déon

Par

L'écrivain Michel Déon (1919-2016) n'était pas très à gauche. Il mit même du temps à accepter la République. Sur ses (très) vieux jours, c'était un personnage délicieux. En lui refusant une sépulture à Paris, Anne Hidalgo se métamorphose en Créon. Ânerie (dans les cimetières) ! Le Figaro mène campagne contre une décision inique de la maire de Paris, arguant faussement qu'une personne morte à l'étranger sans posséder de résidence dans la capitale ne saurait y reposer. Or Susan Sontag est heureusement enterrée au cimetière du Montparnasse...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La décision de la Mairie de Paris empêche depuis plus d'un an la famille de Michel Déon d'honorer la mémoire d'un homme qui fut aussi un bel écrivain. Elle a provoqué une réaction aussi puissante qu'inattendue parmi les lecteurs de Déon, et au-delà : une centaine d'écrivains et d'éditeurs se mobilisent afin de demander à Anne Hidalgo que soit trouvée pour l'écrivain une solution digne.