«L’Histoire de mes dents», miroir de l’art contemporain

Par

Une autobiographie dentaire, un traité d’économie, un art du récit : le livre de Valeria Luiselli est tout cela à la fois. Entretien avec cette auteure mexicaine vivant aux États-Unis qui s’intéresse à la production de valeur ajoutée dans l’art contemporain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Valeria Luiselli aura créé un nouveau genre : le picaresque dentaire – et ce n’est certainement pas son ultime invention. L’Histoire de mes dents raconte les aventures de Gustavo Sánchez Sánchez, surnommé Grandroute, un genre de Sancho Pança sans Don Quichotte, qui commence modeste gardien d’usine, s’initie à l’art subtil de la vente et devient le meilleur commissaire-priseur du monde. Il en profite pour s’offrir les dents de Marilyn Monroe et revendre ses propres ratiches aux enchères, en présentant chacune comme la relique d’un de ces « possesseurs d’âmes profondes et de dents magnifiques » : Platon, Virginia Woolf, Jorge Luis Borges, Enrique Vila-Matas…