Gérard Noiriel: «On a changé le nom du peuple»

Par

L’historien Gérard Noiriel a pris dix ans pour écrire une Histoire populaire de la France inspirée, mais différente, de l’ouvrage d’Howard Zinn consacré aux États-Unis. L’occasion de réfléchir à ce qui constitue le « populaire » dans l’histoire longue de la nation française, comme dans ses relations aux mondes dominants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parcours de Gérard Noiriel, qui se définit lui-même comme un « miraculé social », l’a mené des HLM des Vosges, où il a grandi, à Longwy, où il a enseigné au collège et participé à la radio Lorraine Cœur d’Acier pendant les grands conflits du bassin sidérurgique de la fin des années 1970, jusqu’à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris, où il est devenu directeur d’études.