Savitzkaya, conteur virtuose

Par Hugo Pradelle (En attendant Nadeau)

On ne lit pas Eugène Savitzkaya, l’un des écrivains belges les plus originaux de sa génération, avec sa raison mais avec ses sens. Dans Au pays des poules aux œufs d’or, il rappelle le rôle essentiel du langage dans nos imaginaires et nos existences.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le nouveau livre d’Eugène Savitzkaya est un conte. Il en a tous les ingrédients, il en reprend tous les codes et les formes. On y reconnaît une habitude de lecture étrangère, c’est-à-dire qui admet immédiatement, naturellement, l’incongruité, l’invraisemblance. On y entend à la fois la folie d’un monde déréglé et l’étrange apaisement angoissé des formes archétypales de la littérature populaire. C’est une expérience bizarre, perturbante. Qu’on le dise d’emblée, c’est déstabilisant mais jouissif ; on y est mal à l’aise et on y retrouve des sensations profondément enfouies ; on y reconnaît tout sans en rien connaître…