Un intellectuel discret au service du capital

Par Razmig Keucheyan

D'Alain Finkielkraut à Jacques Attali, les figures de la pensée de droite ne sont souvent que des épiphénomènes. Leur pouvoir est moins grand que celui de praticiens et producteurs d’idées qui se chargent de fabriquer les concepts et techniques du capitalisme mondial. La preuve avec Emmanuel Gaillard, théoricien de l’arbitrage. Une enquête publiée dans le numéro 3 de la Revue du Crieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qu’est-ce qui distingue un intellectuel de droite d’un intellectuel de gauche ? Ses idées, certes, mais encore ? Principalement ceci : chez l’intellectuel de gauche, la théorie ne s’appuie pas sur une pratique de gouvernement, car la gauche, sauf conjoncture exceptionnelle, n’est pas au pouvoir ou, lorsqu’elle y est, les rapports de force politiques l’autorisent rarement à mettre en œuvre un programme de transformation sociale. C’est la raison pour laquelle l’intellectuel de gauche consacre l’essentiel de ses énergies à  une seule activité : produire des idées, sous forme écrite ou orale.