Les polémiques éthiques saisies par la philosophie

Par

Alors que les coups de théâtre se succèdent sur l’arrêt et la reprise des traitements de Vincent Lambert, relançant le débat sur la fin de vie, et que la révision des lois de bioéthique est prévue en juin, un ouvrage tente de cerner ce que peut la philosophie face à des positions morales souvent jugées irréconciliables.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ouvrage du chercheur Jérôme Ravat, Éthique et polémiques - Les désaccords moraux dans la sphère publique, que publient les éditions du CNRS, part des débats sur l’avortement, l’euthanasie, la GPA, la peine de mort, la prostitution, l’excision… Pour l’auteur, nous sommes face à une « expansion des objets de désaccord » dont la liste n’a cessé de s’étendre au gré des évolutions socio-historiques et des avancées technologiques : clonage reproductif, transplantation d’organes, utérus artificiel… Mais nous sommes également confrontés à une « moralisation accrue du débat public », qui touche aussi bien « le neuro-marketing, les délocalisations d’entreprises ayant des bénéfices, la relation à l’écosystème ou encore l’expérimentation animale ».