Le sida ou l’histoire d’une lutte contre deux superpouvoirs

Par

Avec l’épidémie de sida, une violence mortifère s’est abattue sur une génération. Deux livres importants en racontent l’histoire, pour en tirer un legs politique et un appel à poursuivre la lutte : Act Up, une histoire, de Didier Lestrade, et Ce que le sida m’a fait, d’Élisabeth Lebovici.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’art et la nécessité du rapport de force. Dans son livre sur Act Up, Didier Lestrade, cofondateur et ancien président de l’association, résume en un flash la situation des militant.e.s du sida dans les années 1990 : « Les activistes se sont trouvés entre deux superpouvoirs : l’industrie pharmaceutique et la mort. » C’est parce qu’ils étaient en train de mourir et qu’ils avaient le besoin vital d’accéder aux traitements que les labos tardaient à diffuser que les membres d’Act Up se sont battus contre les autorités publiques et les multinationales.