Nuit debout, ce qu’il en reste

Au printemps 2016, la place de la République, à Paris, a été longuement occupée, en pleine contestation de la loi El Khomri. Dix-huit mois plus tard, un documentaire, L’Assemblée, et un livre, Faites place !, reviennent sur l’expérience concrète vécue par les centaines de militants, novices pour nombre d’entre eux, qui ont participé au mouvement. Loin du constat d’échec.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il y un an et demi, des centaines de personnes se retrouvaient tous les jours place de la République, à Paris, pour dire non à « la loi El Khomri et son monde ». Souvent sous la pluie, entourés de policiers les surveillant de près, faisant l’objet d’un intérêt amusé ou passionné, ces Parisiens de tous horizons se sont rassemblés sous le nom de Nuit debout, le 31 mars 2016 d’abord, à l’appel d’un groupe de militants réunis autour du journaliste François Ruffin, devenu depuis député, et de l’économiste Frédéric Lordon. Mais ils ont très vite pris leur autonomie et se sont installés, pour durer, sur la place, avant de s’étioler puis de se disperser totalement, courant juillet. Mariana Otero, cinéaste documentariste, et Sélim Smaoui, docteur en sciences politiques, en étaient. Aujourd’hui, ils témoignent de ces semaines d’effervescence, la première dans un film, le second dans un livre. Deux œuvres qui se répondent et se complètent pour livrer une image juste et saisissante de ce mouvement inédit en France.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Entretien
Sexisme : la streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement
La joueuse en ligne est régulièrement victime de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux et les plateformes de diffusion, depuis qu’elle a dénoncé les propos sexistes d’un streamer. Elle en témoigne dans un entretien vidéo.
par Lénaïg Bredoux et Youmni Kezzouf