Nuit debout, ce qu’il en reste

Par

Au printemps 2016, la place de la République, à Paris, a été longuement occupée, en pleine contestation de la loi El Khomri. Dix-huit mois plus tard, un documentaire, L’Assemblée, et un livre, Faites place !, reviennent sur l’expérience concrète vécue par les centaines de militants, novices pour nombre d’entre eux, qui ont participé au mouvement. Loin du constat d’échec.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y un an et demi, des centaines de personnes se retrouvaient tous les jours place de la République, à Paris, pour dire non à « la loi El Khomri et son monde ». Souvent sous la pluie, entourés de policiers les surveillant de près, faisant l’objet d’un intérêt amusé ou passionné, ces Parisiens de tous horizons se sont rassemblés sous le nom de Nuit debout, le 31 mars 2016 d’abord, à l’appel d’un groupe de militants réunis autour du journaliste François Ruffin, devenu depuis député, et de l’économiste Frédéric Lordon. Mais ils ont très vite pris leur autonomie et se sont installés, pour durer, sur la place, avant de s’étioler puis de se disperser totalement, courant juillet. Mariana Otero, cinéaste documentariste, et Sélim Smaoui, docteur en sciences politiques, en étaient. Aujourd’hui, ils témoignent de ces semaines d’effervescence, la première dans un film, le second dans un livre. Deux œuvres qui se répondent et se complètent pour livrer une image juste et saisissante de ce mouvement inédit en France.