L’univers proliférant de Jacques Abeille

Par Sébastien Omont (En attendant Nadeau)

Avec La Vie de l’explorateur perdu, Jacques Abeille conclut le Cycle des contrées, entamé en 1982 par Les Jardins statuaires. Cet ensemble de romans et de nouvelles, sans équivalence dans la littérature française contemporaine, affirme la puissance du rêve, de l’imaginaire et de la liberté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les contrées sont des régions inventées, mais les livres qui les décrivent contiennent aussi l’aventure de leur écriture dans la fiction. En ce sens, La Vie de l’explorateur perdu est aussi le testament littéraire d’un écrivain unique.