«La nouvelle constitution tunisienne doit être révolutionnaire»

Par
Youssef Seddik, anthropologue et philosophe, est revenu d’un exil en France après la révolution qui a chassé Ben Ali du pouvoir en Tunisie. Il est candidat aux élections à l’Assemblée constituante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Tunisie, le gouvernement provisoire a décliné, mardi 24 mai, la proposition faite dimanche dernier par la Haute Instance indépendante pour les élections de reporter les élections de l’Assemblée constituante, prévues pour le 24 juillet, au mois d’octobre.