Le Corbusier: pensée fasciste et cité radieuse

Par

Peut-on encore célébrer Le Corbusier ainsi que s'apprête à le faire le Centre Pompidou pour commémorer le 50e anniversaire de sa mort ? C'est une des interrogations soulevées par trois ouvrages qui apportent des éléments nouveaux sur l'adhésion politique au fascisme de l'architecte le plus connu du XXe siècle. Entretien avec un des auteurs, François Chaslin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, Le Corbusier fera l’objet d’une gigantesque exposition au Centre Pompidou, du 29 avril au 3 août 2015. Mais l’image de celui qu’on désigne souvent comme le plus grand architecte du XXe siècle est en train de vaciller. De nouveaux éléments sur son adhésion personnelle et politique au fascisme, et la lumière que cela jette sur son urbanisme et son architecture, viennent d'être révélés. Trois livres documentent la face sombre du corbeau devenu architecte.