Au festival d’Essaouira, la culture gnaoua plus vivante que jamais

La 21e édition du rendez-vous culturel et musical marocain a tenu ses promesses de métissage et de création, estime Le Monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi 21 juin, à Essaouira. Sur la place Moulay-Hassan, l’une des plus belles esplanades de la ville marocaine, entre le port et l’entrée de la médina, des techniciens s’affairent sur la grande scène et terminent leurs derniers ajustements, sous les cris des goélands et l’œil curieux de chats maigrelets. Dans quelques heures débute la 21e édition du Festival gnaoua et musiques du monde, qui s’est tenu jusqu’au 23 juin, et les ruelles de cette petite cité fortifiée se remplissent peu à peu.