Sébastien Ledoux dissèque le récit national

Par

L’historien Sébastien Ledoux analyse dans un essai tonique, La Nation en récit (Belin), comment un « processus historique de construction démocratique de biens communs » pourrait refonder un récit national ouvert au monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Existe-t-il encore un « endettement partagé par les vivants envers les morts » ? Sébastien Ledoux, dans La Nation en récit (Belin), examine ce récit national qui taraude la France : « La connaissance de l’histoire, écrit-il, n’est pas limitée à la connaissance factuelle de dates de batailles et de noms de grands personnages. Ces dates et grands personnages constituent l’armature d’une mise en intrigue du récit historique général, linéaire et progressiste, qui a pour fonction sociale, politique et symbolique d’expliquer aux élèves les origines d’une situation présente dont ils sont les héritiers et les débiteurs : le rôle et la grandeur de la France dans le monde. »