Jean-Baptiste Comby: «Les médias dépolitisent la question du climat»

Par

Pourquoi la médiatisation du dérèglement climatique n’élargit-elle pas l’audience de la critique du capitalisme ? La montée en puissance du climat s’est faite en privilégiant l’individualisation des responsabilités, analyse le sociologue Jean-Baptiste Comby.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pourquoi la médiatisation du dérèglement climatique, et des désastres environnementaux qui lui sont liés, n’élargit-elle pas l’audience de la critique du capitalisme ? Pour le sociologue Jean-Baptiste Comby, la montée en puissance de la question climatique s’est faite en privilégiant un angle d’approche biaisé : l’individualisation des responsabilités, par le biais notamment de l’éloge de l’écocitoyenneté. Par souci de proximité avec leur public et en vue de faire appel à sa corde sensible, les médias ont cherché à incarner le problème du réchauffement par des exemples d’initiatives personnelles réelles mais trompeuses.