Le paradoxe de Chomsky

Par
Figure majeure de la gauche radicale américaine, le linguiste Noam Chomsky est de passage en France pour la première fois depuis plus de 30 ans. L'occasion de présenter une œuvre scientifique trop souvent ignorée de ses admirateurs. Sous l'angle linguistique d'abord, avec Pierre Encrevé. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Considéré par le New York Times comme le «plus grand intellectuel vivant», le linguiste et philosophe Noam Chomsky est en France pour la première fois depuis plus de 30 ans. Grande figure de la gauche radicale américaine, auteur de best-sellers mondiaux de critique des médias et de l'impérialisme américain, Noam Chomsky apparaît aussi caricaturé qu'il semble, à certains, caricatural. Le problème, c'est que ses lecteurs comme ses contempteurs n'ont en général qu'une vague idée de l'importance de son œuvre scientifique. Sa venue à Paris est l'occasion de la présenter d'abord sous l'angle linguistique (avec Pierre Encrevé) puis sous celui des sciences cognitives (avec Pierre Jacob).