Taiye Selasi, une saga « afropolitaine »

Par

Du Ravissement des innocents, premier roman de Taiye Selasi, il est plus simple de dire ce qu’il n’est pas : une image convenue de l'Afrique ou un texte ouvertement politique. Il est aussi insaisissable et multiple que son auteure, née à Londres, élevée aux États-Unis, vivant à Rome, d’origine ghanéenne et nigériane. Rencontre avec Taiye Selasi et premières pages du roman en fin d’article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certains premiers romans laissent immédiatement entendre une voix singulière : Le Ravissement des innocents est de ceux-là. Il est signé par une jeune auteure dont la vie pourrait constituer à elle seule un récit. Née à Londres d’une mère nigériane et d’un père ghanéen, Taiye Selasi grandit aux États-Unis et vit désormais en Europe après avoir parcouru le monde. Elle écrit en anglais, seule langue à pouvoir rassembler ces racines multiples puisqu’elle est parlée en Angleterre comme dans l’Afrique anglophone, aux États-Unis comme en Inde, autant de pays dans lesquels la jeune femme a vécu ou qu'elle a traversés. Et la prose du Ravissement des innocents est, selon les termes mêmes de son auteur, héritière de ces croisements, à l’image d’un roman inclassable, poétique et fragmenté, brossant la saga d’une famille à partir de trois journées suivant un deuil.