Points de rupture Entretien

Comment décoloniser l’écologie?

Il ne peut y avoir d’écologie sans destruction de la domination coloniale, plaide le philosophe Malcom Ferdinand. L’anthropologue Eduardo Viveiros de Castro ouvre la voie d’un « devenir-Indien » de la politique. Nouvel épisode de « Points de rupture », émission sur les livres de l’écologie, en partenariat avec la revue Terrestres.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Jade Lindgaard

28 novembre 2019 à 13h30

PDF

Mardi 26 novembre, la commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation aux Antilles du chlordécone, un pesticide dangereux longtemps utilisé dans la culture de la banane, a présenté les conclusions de son travail. Pour la députée de Guadeloupe, Justine Benin, rapporteure de la commission : « L’État est le premier responsable », et « ces responsabilités sont partagées avec les acteurs économiques » de l’époque, a-t-elle déclaré à l’AFP.

Selon Santé Publique France, 95 % des Guadeloupéens et 92 % des Martiniquais sont aujourd’hui contaminés par le produit, un perturbateur endocrinien qui a aussi des incidences sur le développement des enfants exposés pendant la grossesse, avec une hausse des risques de prématurité. Le chlordécone est aussi suspecté d’être à l'origine de cancers de la prostate, très nombreux aux Antilles. Interdit en France continentale en 1990, ce pesticide a été autorisé aux Antilles jusqu’en 1993.

Ce scandale sanitaire, pourtant massif, a occupé une place marginale dans les mobilisations écologistes de la France continentale. Est-ce parce qu’ils concernent l’outre-mer ? Cette indifférence est-elle la marque d’une culture coloniale qui ne s’avoue pas ?

Mais alors comment décoloniser l’écologie, dans ses discours et ses mobilisations ? Cette question est au cœur d’un livre important : Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen, publié cet automne par le philosophe Malcom Ferdinand. Il y invite à relier les enjeux écologiques aux questions coloniales pour ne pas protéger les écosystèmes sans défendre la dignité de celles et ceux qui y vivent, à commencer par les descendants de l’esclavage.

C’est la question que nous avons choisi de discuter pour ce nouvel épisode de « Points de rupture », l’émission de Mediapart et de la revue Terrestres consacrée aux basculements intellectuels, politiques et sensibles nécessaires pour contrer les destructions en cours du climat et du vivant. Il porte chaque fois sur l’écologie à travers les livres.

Participent à cette nouvelle discussion deux membres de Terrestres : Sophie Gosselin, philosophe et Xavier Ricard, haut fonctionnaire.

*******

Ecouter l'émission en podcast audio

Les références des livres de cette émission:

– Malcom Ferdinand, Une écologie décoloniale, Le Seuil, 467p., 24,5 euros

- Eduardo Viveiros de Castro, Politique des multiplicités. Pierre Clastres face à l’État, Editions Dehors, 160 p., 15 euros.

Sophie Gosselin enseigne la philosophie à l’Université de Tours. Elle a publié plusieurs articles dans la revue Multitudes et la revue Lignes. Elle publie en novembre Le Toucher du monde, techniques du naturer, co-écrit avec David Gé Bartoli (éditions Dehors).

Xavier Ricard Lanata est aujourd'hui haut fonctionnaire. Spécialiste de solidarité internationale, il a publié La Tropicalisation du monde, PUF, 117 p., 12 euros. Il est aussi l'auteur des Voleurs d’ombre. L’univers religieux des bergers de l’Ausangate (Société d’éthnologie, 2011).


20 commentaires

Points de rupture

Points de rupture
par Jade Lindgaard
Points de rupture
par Jade Lindgaard
Points de rupture
par Jade Lindgaard
Points de rupture
par Jade Lindgaard

À la Une de Mediapart

International — Reportage
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
France — Reportage
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
France — Analyse
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
France — teaser.category.dossier
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne