Depuis son apparition dans un texte d'André Gorz en 1972, le mot « décroissance » a beaucoup voyagé. Développé par l'économiste Nicholas Georgescu-Roegen en lien avec la notion d'entropie, venue de la thermodynamique pour mesurer le degré de désordre d'un système, il sert aussi à décrire un mouvement effervescent de militants et d'intellectuels alternatifs.