Comment les forêts sont devenues des sujets politiques

Par

Les forêts se retrouvent au cœur de mobilisations contre les grands projets d’infrastructures. Mais leur occupation n’est pas qu’un outil de lutte : les bois et les arbres deviennent en soi des sujets politiques. Entretien vidéo croisé entre deux militants et auteurs, Gaspard d’Allens et Jean-Baptiste Vidalou.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Des barricades dans la forêt de Rohanne contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en 2012. Une ZAD dans la forêt de Chambaran en Isère pour empêcher la construction d’un Center Parcs depuis 2014. Des habitantes et habitants dans les arbres de la zone humide du Testet pour empêcher le barrage de Sivens en 2014. Des cabanes et des vigies dans le bois Lejuc, dans la Meuse, contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo en 2016.

À ces exemples français, on pourrait ajouter l’occupation de la forêt de Hambach en Allemagne contre un projet d’extension de mine de charbon. Ou encore l’occupation en Pologne de la forêt Bialowieza, dernière forêt primaire d’Europe, contre sa mise en coupe industrielle.

Les forêts se retrouvent au cœur des mobilisations contre les grands projets d’infrastructures. Mais leur occupation n’est pas qu’un outil de lutte : les forêts deviennent en soi de nouveaux sujets politiques. Comment et pourquoi défendre les forêts ? Quel nouvel imaginaire de lutte se déploie quand on vit avec les arbres ?

Entretien croisé entre Gaspard d’Allens, coauteur de Bure, la bataille du nucléaire (Seuil) et opposant au projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo, et Jean-Baptiste Vidalou, auteur d’Être forêts – Habiter des territoires en lutte (La Découverte).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Gaspard d'Allens et Andrea Fuori, Bure, la bataille du nucléaire, 160 p., 12 euros (Le Seuil)

Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts. Habiter des territoires en lutte, 144 p., 14 euros (La Découverte)