« Peut-être, je reviendrai »

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé à son cabinet, à Alger, par les forces françaises. Sa famille ne le reverra jamais. Et comme pour beaucoup, les circonstances de sa disparition restent incertaines. C’est l’objet de cette enquête en quatre volets.  

Malika Rahal et Fabrice Riceputi

29 juin 2022 à 12h42

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

4 mars 1957. Ce qui sera bientôt baptisé « bataille d’Alger » par la propagande française fait rage depuis deux mois. Ce matin-là, le docteur Slimane Asselah reçoit des patients dans le cabinet médical situé au premier étage du 15, rue Marengo, au milieu de la casbah d’Alger. Vers midi, il en sort, escorté par des membres des forces de l’ordre françaises, et monte dans leur véhicule. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Écologie — Enquête
Le lobby du bois exotique à l’assaut des JO de 2024
Après un intense lobbying, la Société de livraison des ouvrages olympiques a autorisé l’utilisation de bois tropical pour des aménagements du futur village des athlètes, en Seine-Saint-Denis. Des industriels s’en réjouissent alors que la protection des forêts tropicales est un enjeu majeur pour le climat.
par Jade Lindgaard
Afrique — Enquête
Bois contre mercenaires russes : comment la Centrafrique a bradé une forêt au groupe Wagner
Depuis 2021, Bois Rouge, une entreprise liée au groupe militaire privé Wagner, bras armé officieux du Kremlin, exploite une forêt à l’ouest de la Centrafrique. Elle bénéficie d’un étonnant traitement de faveur de la part des autorités, et œuvre parfois au mépris de la loi.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Maghreb
En Tunisie, l’hyperprésident fait adopter sa Constitution, malgré une forte abstention
Le référendum constitutionnel de lundi a été approuvé par une écrasante majorité des électeurs tunisiens, avec un taux de participation de 30,5 %. Les opposants au président Kaïs Saïed dénoncent un processus illégitime. Mais son  premier défi sera économique en raison des conséquences de la guerre en Ukraine.
par Lilia Blaise
Europe — Reportage
Vienne, capitale de l’urbanisme « sensible au genre »
Depuis 30 ans, la capitale autrichienne cherche à assurer un partage équitable de l’espace public entre hommes et femmes. Aménagement des parcs, trottoirs, éclairage : pionnière de cet urbanisme « sensible au genre », la ville est mondialement reconnue pour sa qualité de vie.
par Vianey Lorin