«Quand j’étais normal», un roman presque empathique de Marc Weitzmann

Ayant pris du champ à New York, Marc Weitzmann revient avec un roman calmé et nettement moins manichéen. L'occasion de creuser son thème favori: l'étrange trajectoire de la gauche culturelle dans un monde en profonde mutation. Entretien vidéo et extrait.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Fasciné par certains romanciers anglo-américains, Marc Weitzmann s'est identifié à eux au point de se rapprocher des thèses néo-conservatrices, et même de publier un document littéraire sur Israël au titre aussi clair que désagréable: Livre de guerre. Sa fiction n'en est pas sortie indemne, et Fraternité son dernier roman était d'abord marqué par la haine, ce qui rendait sa lecture quasi impossible, y compris pour des lecteurs qui avaient apprécié certains de ses livres précédents. Car cela n'ôtait rien au talent de Weitzmann: Enquête (son premier roman, paru en 1996) demeure le meilleur texte de fiction sur les années Mitterrand, et l'un des romans les mieux dialogués de la littérature française contemporaine, et Chaos, son deuxième, un livre impressionnant, son meilleur à ce jour.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Corruption — Enquête
Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Justice — Analyse
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Éducation
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
À l’air libre
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre