Elsa Johnstone, juge d'instruction: «Il n’y aura sans doute plus d’audiences»

Par

La loi de « modernisation pour la justice du XXIe siècle » est-elle autre chose qu’une gestion de la pénurie à venir ? Entre dématérialisation et déjudiciarisation, comment s’invente la justice d’« après-demain » ? Entretien avec Elsa Johnstone, juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris et membre de la revue Délibérée.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le nouveau palais de justice de Paris, conçu par Renzo Piano, est-il emblématique de ce que pourrait être la justice du futur : verticale et managériale, dépouillée de ses symboles et dématérialisée, concentrée et technologisée ?

La loi de « modernisation pour la justice du XXIe siècle », promulguée le 18 novembre 2016, propose un scénario qui paraît ressembler largement à ce nouveau palais de justice. Peut-elle être autre chose que la gestion de la pénurie à venir ? Entre dématérialisation et déjudiciarisation, comment s’invente la justice d’« après-demain » ? Est-il encore possible d’écrire d’autres scénarios, plus vertueux et désirables, au moment où l’intelligence artificielle, les algorithmes et le neuro-droit promettent accélération et dématérialisation des procédures comme des procès ? Quelles professions judiciaires vont-elles survivre ou disparaître ?

Dans un moment où les populations les plus vulnérables risquent d’être laissées de côté par les réformes en cours, et les procédures jugées mineures reléguées à un monde extra ou para-judiciaire, l’institution judiciaire paraît se situer à la croisée des chemins. À quelles conditions imaginer alors une justice rénovée et réinventée, capable d’être à la fois sensible aux évolutions sociales et forte de son histoire et de sa mission régulatrice ?

Se dirige-t-on vers des procédures de plus en plus homogènes au niveau international, dominées par le droit anglo-saxon, que ce soit au civil ou au pénal ? Jusqu’à quel point la justice doit-elle se transformer, susciter d’autres procédures et d’autres figures, afin de poursuivre sa mission et conserver sa légitimité ?

9782348040917
Elsa Johnstone est juge d’instruction au tribunal de grande instance (TGI) de Paris et l’une des initiatrices et animatrices de Délibérée, revue de réflexion critique sur la justice animée par le syndicat de la magistrature. Entretien.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

9782348036101
Cette série d’entretiens réalisés dans le cadre des « Ateliers de la pensée » du Festival d’Avignon, constitue une deuxième saison de rencontres organisées, autour de la thématique « Penser le monde après-demain », par La Revue du Crieur, dont le dixième numéro est sorti au début de l’été (la première série d’entretiens, datant de l’été 2017, est à retrouver ici).

L’idée n’est pas de faire de la futurologie délirante ou de l’anticipation déprimante, mais, dans un moment où le présent pèse et les lendemains inquiètent, d’enjamber ces temporalités ensablées, pour envisager ce que nous serons « après-demain ».

Cet exercice moins de prospective que de perspectives, part de l’hypothèse que « demain » n’est le plus souvent perçu que comme un présent avec un casque de réalité virtuelle, tandis qu’« après-demain » permet de rouvrir le jeu, avec la possibilité que les trajectoires actuelles puissent encore aussi bien s’infléchir que se renforcer, vers davantage d’utopies ou de dystopies.