Le projet colonial en Nouvelle-Calédonie

Alors que la Nouvelle-Calédonie doit se prononcer sur sa souveraineté par référendum le 4 novembre 2018, Mediapart revient en quatre épisodes historiques, sur le projet colonial français dans cet archipel du Pacifique.

Quand la France choisit de «vomir ses criminels» en Nouvelle-Calédonie

Par
Vue sur le bagne de l'Ile Nou © DR Vue sur le bagne de l'Ile Nou © DR

Alors que la Nouvelle-Calédonie doit se prononcer sur sa souveraineté par referendum le 4 novembre prochain, Mediapart revient sur le projet colonial conçu par les Français sur cet archipel du Pacifique. Premier épisode : la décision de Napoléon III de transformer cette terre en un bagne pour les condamnés aux travaux forcés.

Déportés en Nouvelle-Calédonie: l’improbable rencontre des communards et des insurgés algériens

Par
Gravure représentant un Kanak, un colon français et un déporté algérien en Nouvelle-Calédonie © DR Gravure représentant un Kanak, un colon français et un déporté algérien en Nouvelle-Calédonie © DR

Exilés à l’autre bout de la terre, après avoir défié le gouvernement français, vaincus de la Commune et vaincus de la révolte de la Grande Kabylie vont fraterniser en Nouvelle-Calédonie, archipel au centre d'un projet colonial singulier.

Kanak et déportés: le rendez-vous manqué

Par
Groupe de Kanak à la fin du XIXe siècle. Groupe de Kanak à la fin du XIXe siècle.

Face à la grande révolte kanak de 1878, les déportés politiques communards et algériens se sont rangés presque comme un seul homme du côté de l’armée française pour défendre la « colonie » et mater la rébellion.

Louise Michel et les Kanak: amorce d’une réflexion anti-impérialiste

Par
Louise Michel © DR Louise Michel © DR

Le dernier volet de notre série est consacré à l’héroïne de la Commune, qui a été l’une des seules parmi les déportés politiques à « La Nouvelle » à prendre le parti des Kanak et à s’intéresser à leur culture. Louise Michel a aussi initié là-bas une réflexion sur le colonialisme et l’impérialisme, en lien avec son engagement féministe et anarchiste. Entretien avec l’historienne américaine Carolyn Eichner.