Quand la France choisit de «vomir ses criminels» en Nouvelle-Calédonie

Par

Alors que la Nouvelle-Calédonie doit se prononcer sur sa souveraineté par referendum le 4 novembre prochain, Mediapart revient sur le projet colonial conçu par les Français sur cet archipel du Pacifique. Premier épisode : la décision de Napoléon III de transformer cette terre en un bagne pour les condamnés aux travaux forcés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après cent vingt-trois jours de traversée, L’Iphigénie accoste au port de Nouméa le 9 mai 1864. À son bord, deux cent cinquante condamnés aux travaux forcés, transportés dans des cages. Ils portent sur leurs épaules le poids d'un improbable projet : participer à fonder une nouvelle colonie, à 18 000 kilomètres de la métropole.