ArcelorMittal : la grande évasion fiscale

ArcelorMittal : la grande évasion fiscale

Par

La lutte contre la fraude et l'évasion fiscale est devenue une priorité des gouvernements : le sommet qui  réunit aujourd'hui à Bruxelles les dirigeants européens y sera largement consacré. Officiellement, la France est déterminée à mener le combat, mais quand un cas concret se présente, la volonté semble s'évanouir. Il en va ainsi d'ArcelorMittal, à qui l'administration fiscale réclame 1,3 milliard d'euros d'impôt.

ArcelorMittal, protégé de l'Europe

Par
Lakshmi Mittal © Reuters Lakshmi Mittal © Reuters

Depuis la fusion, ArcelorMittal ne paie pratiquement plus d'impôt en Europe. La crise de la sidérurgie n'explique pas tout. Le groupe a mis en place une organisation secrète et opaque, qui rend impossible d'appréhender la réalité économique des sites et des pays. Profitant de la concurrence entre États, il jongle entre les prix de transferts et l'optimisation fiscale de tous les flux financiers.

ArcelorMittal: dans les sables de Dubaï

Par

Le groupe a transféré son centre financier dans la zone franche de Dubaï, où il n’est exigé aucun impôt. C’est à partir de ce centre qu’est organisé le financement du groupe dans la plus totale opacité. Une note transmise aux syndicats de Florange, publiée par Mediapart, détaille le système.