L’Irak, un pays gangrené par la corruption

Mediapart s’est associé à la formidable et ambitieuse série documentaire « Irak, destruction d’une nation », réalisée par Jean-Pierre Canet. Notre rédaction complète ce travail exceptionnel d’archives et d’entretiens par une série d’enquêtes sur la destruction d’un peuple quarante ans durant. Nous commençons en nous plongeant dans le système de corruption grâce à Feurat Alani.

Le clientélisme, premier pilier de la corruption en Irak

Par Feurat Alani
 © Ulys © Ulys

Sous Saddam Hussein, le programme « Pétrole contre nourriture » promu en 1996 par l’ONU a favorisé la mise en place d’un système de prédation. Lequel s’est accéléré après l’invasion américaine de 2003. Voici le premier volet de notre enquête sur la corruption en Irak dans le prolongement de la série documentaire « Destruction d’une nation ».

L’Irak post-Saddam Hussein, une énorme machine à cash

Par Feurat Alani
 © Ulys © Ulys

Après la chute du dictateur irakien en 2003, les Américains ont déversé des milliards de dollars sur le pays. Les futurs membres du gouvernement irakien adoubés par eux ont notamment profité de cette manne financière. Nous avons enquêté sur ces mouvements de fonds sans aucun contrôle.

En Irak, la corruption tue, l’absurdité aussi

Par Feurat Alani
 © Ulys © Ulys

Au lendemain de la chute de Bagdad en 2003, un margoulin britannique a réussi à vendre en Irak un faux détecteur de bombe. Un vrai Graal pour lui, un drame pour des milliers d’Irakiens victimes d’attentats. Troisième volet de notre enquête sur la corruption en Irak.