En Irak, la corruption tue, l’absurdité aussi

Par Feurat Alani

Au lendemain de la chute de Bagdad en 2003, un margoulin britannique a réussi à vendre en Irak un faux détecteur de bombe. Un vrai Graal pour lui, un drame pour des milliers d’Irakiens victimes d’attentats. Troisième volet de notre enquête sur la corruption en Irak.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un dimanche matin de l’automne 2009 à Karrada Al-Karkh, le quartier le plus sécurisé de Bagdad. À quelques mètres du ministère de la justice, un bus de trente places avec son chauffeur comme seul passager s’approche d’un check point.