Or noir et argent sale: en Irak, les cartels font la loi

En Irak, les milices sont devenues incontrôlables, rançonnant, trafiquant, extorquant et kidnappant pour financer leurs activités. Dernier volet de notre série d’enquêtes sur la corruption dans un pays meurtri par les guerres et l’invasion américaine de 2003.

Feurat Alani

11 avril 2021 à 12h22

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lorsque le camion citerne Mercedes passe la barrière de la base militaire d’Al-Asad, à 180 kilomètres à l’ouest de Bagdad, rien ne le distingue des autres. Sa plaque 32-AA-665 est vérifiée, les papiers du chauffeur aussi. On n’entre pas si facilement dans la plus grande base militaire américaine d’Irak. Le camion fait partie d’une livraison tout ce qu’il y a d’officiel. Pourtant, ce qui pourrait paraître anecdotique est en réalité la partie visible de l’iceberg de la corruption dont même la puissante armée américaine est victime.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal