Theodor Plievier, un écrivain dans l’Europe barbare

Il est aujourd’hui oublié. Mort en 1955, le romancier allemand fut l’un des témoins les plus passionnés et passionnants du demi-siècle qui vit l’Europe se perdre dans l’horreur de deux guerres mondiales et de la barbarie nazie. Retour sur ce parcours exceptionnel d’un jeune anarchiste qui, devenu cible des nazis, fuit en URSS et va devoir travailler avec l’Armée rouge avant de passer à l’Ouest.

Theodor Plievier, un écrivain dans l’Europe barbare

Par
Theodor Plievier dans les années 1950. © Collection Renate Magnier Theodor Plievier dans les années 1950. © Collection Renate Magnier

Il est aujourd’hui oublié. Mort en 1955, le romancier allemand fut l’un des témoins les plus passionnés et passionnants du demi-siècle qui vit l’Europe se perdre dans l’horreur de deux guerres mondiales et de la barbarie nazie. Retour sur ce parcours exceptionnel d’un jeune anarchiste qui, devenu cible des nazis, fuit en URSS et va devoir travailler avec l’Armée rouge avant de passer à l’Ouest. Premier volet de notre série en cinq épisodes sur l'un des écrivains allemands les plus lus au mitan du XXe siècle.

Theodor Plievier. Un si long exil soviétique

Par
Theodor Plievier en 1947. © (dr) Theodor Plievier en 1947. © (dr)

Arrivé pour « quelques mois à Moscou » en 1934, l’écrivain allemand se retrouve piégé en URSS jusqu’en 1945. Vivant en marginal, installé un temps dans les steppes de la Volga, il passe sous les radars de la féroce répression stalinienne. À l’été 1942, la bataille de Stalingrad va paradoxalement le sauver et le remettre au travail.

Theodor Plievier. Le récit d’une humanité broyée

Par
Colonne de soldats allemands prisonniers : sur 90 000 hommes, 5 000 survivront. © (dr) Colonne de soldats allemands prisonniers : sur 90 000 hommes, 5 000 survivront. © (dr)

Stalingrad est dès sa sortie un livre événement. Il conserve aujourd’hui toute sa pertinence grâce à une richesse documentaire exceptionnelle. Avec Moscou et Berlin, la trilogie de Theodor Plievier n’a rien d’une histoire militaire. C’est la guerre comme broyeuse des hommes et de leurs valeurs qui est documentée.

Theodor Plievier. L’ultime combat contre les totalitarismes

Par
Theodor Plievier dans les années 1950. © Collection Renate Magnier Theodor Plievier dans les années 1950. © Collection Renate Magnier

Promis à devenir un haut cadre de la future Allemagne de l’Est, Theodor Plievier passe à l’Ouest à l’été 1947. L’écrivain doit une fois de plus reconstruire sa vie. Et comme tant d’autres intellectuels européens, l’ancien anarchiste s’engage en pleine guerre froide dans une dénonciation désespérée du totalitarisme soviétique.

Theodor Plievier. «Toute ma vie, l’Allemagne et la guerre ont été une zone interdite»

Par
Theodor Plievier. Theodor Plievier.

Belle-fille de l’écrivain Theodor Plievier, âgée de 12 ans lors de sa mort en 1955, Renate Magnier a grandi dans le Tessin suisse et vit en France depuis ses 20 ans. Dans cet entretien, elle raconte ses relations avec l’écrivain et, surtout, la chape de plomb posée sur la guerre et l’Allemagne par l’écrivain et sa mère. Comment vit-on dans l’ombre d’un passé sinistre et interdit ? « Mal », répond-elle.