Theodor Plievier. Un si long exil soviétique

Par

Arrivé pour « quelques mois à Moscou » en 1934, l’écrivain allemand se retrouve piégé en URSS jusqu’en 1945. Vivant en marginal, installé un temps dans les steppes de la Volga, il passe sous les radars de la féroce répression stalinienne. À l’été 1942, la bataille de Stalingrad va paradoxalement le sauver et le remettre au travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est le marin rebelle des mutineries de Kiel, il est l’écrivain prolétarien comme les aime Moscou. Il est certes anarchiste mais a combattu sans relâche le nazisme. Il a 42 ans et vient d’épouser Hildegard, cette actrice élégante que Gorki rencontra à Berlin lorsqu’elle vivait avec le célèbre metteur en scène de théâtre Erwin Piscator (lire notre premier volet ici).