Theodor Plievier. L’ultime combat contre les totalitarismes

Par

Promis à devenir un haut cadre de la future Allemagne de l’Est, Theodor Plievier passe à l’Ouest à l’été 1947. L’écrivain doit une fois de plus reconstruire sa vie. Et comme tant d’autres intellectuels européens, l’ancien anarchiste s’engage en pleine guerre froide dans une dénonciation désespérée du totalitarisme soviétique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 15 mai 1945, moins d’une semaine après la capitulation sans condition du régime nazi (le jour de la victoire est célébré le 9 mai en URSS), Theodor Plievier et son épouse Hildegard quittent Moscou pour Berlin à bord d’un avion américain Douglas. C’est pour eux la fin d’un long exil contraint de onze années en Union soviétique. C’est le début d’un nouvel engagement dans une Allemagne dévastée où tout est à refaire.