Trente ans après, que reste-t-il de la RDA?

Le 9 novembre 1989, le Mur de Berlin tombait. Un an plus tard, la République démocratique allemande (RDA) disparaissait. L’Allemagne ne faisait plus qu’une. L’Allemagne de l’Est, symbole de la guerre froide avec sa capitale divisée, était absorbée par sa voisine ouest-allemande. Trente ans plus tard, où en est-on dans cet est allemand qui cultive une certaine nostalgie et où l’extrême droite revendique désormais sans vergogne l’héritage de la « révolution pacifique » de 1989 ? En six papiers, Mediapart tente d’y répondre. 

En Thuringe, la mémoire de la «révolution pacifique» hante les élections régionales

Par
Björn Höcke et Bodo Ramelow, têtes de liste de l'AfD et de Die Linke pour les élections régionales du 27 octobre en Thuringe. © DH Björn Höcke et Bodo Ramelow, têtes de liste de l'AfD et de Die Linke pour les élections régionales du 27 octobre en Thuringe. © DH

Alors que l’extrême droite s’approprie les mots d’ordre scandés il y a 30 ans au moment de la chute du mur de Berlin, la gauche au pouvoir est, à l’approche du scrutin régional du 27 octobre, sous le feu des critiques pour sa condamnation jugée trop faiblarde de l’ancienne dictature communiste.

Les privatisations de la «Treuhand», toujours au cœur du malaise est-allemand

Par

À la veille du 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, la question de la spoliation de la RDA est toujours vive. Ainsi, la « Treuhand », organisme chargé à la va-vite de privatiser l’économie est-allemande entre 1990 à 1994, employeur direct ou indirect d’environ 4 millions de salariés, est sans doute l’organe le plus détesté à l’Est.

Laure Neumayer: «La mémoire reste une ressource politique très efficace à l’Est»

Par

À la veille du 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, que reste-t-il du clivage Est-Ouest en Europe ? Est-il aussi pertinent qu’au moment de l’élargissement de 2004 pour comprendre les débats bruxellois ? Entretien avec Laure Neumayer, spécialiste des questions mémorielles dans les pays de l’Est.

En ex-RDA, une région minière table sur le pactole de la reconversion énergétique

Par
La centrale thermique de Jänschwalde dans le bassin minier de Lausace en janvier 2019. © REUTERS/Hannibal Hanschke La centrale thermique de Jänschwalde dans le bassin minier de Lausace en janvier 2019. © REUTERS/Hannibal Hanschke

Vieux bastion minier, déserté par les jeunes et la main-d’œuvre qualifiée, la région de Lusace (ex-RDA) mise sur les milliards d’euros prévus par Berlin pour la transition énergétique du pays. Ici, trente ans après la chute du Mur, l’extrême droite marque des points en déployant son discours climato-sceptique.

La BO du mur de Berlin: douze chansons qui racontent une capitale écartelée

Par Simon Rico
Delkom – « Viva la Droga » © © Moshe Brant Delkom – « Viva la Droga » © © Moshe Brant

Scindé en quatre en 1945, coupé en deux de 1961 à 1989, Berlin fut une pépinière artistique. « Îlot du monde libre au sein d’un océan communiste », la partie ouest attirait la bohème rebelle de toute la RFA, et au-delà. Côté est, la révolte couvait. Du jazz à la techno en passant par le punk, le rap et la « neue deutsche welle », portrait en musiques des deux côtés du Mur.

Le sexe socialiste, et si c’était mieux?

Par
Kristen Ghodsee. © Alina Yakubova Kristen Ghodsee. © Alina Yakubova

La chercheuse américaine Kristen Ghodsee revisite la société est-allemande, rappelant que les relations hommes-femmes y étaient plus égalitaires. Ce n'est en rien, dit-elle, une tentative de réhabilitation politique de la dictature ou des régimes socialistes en général. Mais peut-être une incitation à remettre du « socialisme » dans notre vie amoureuse et sexuelle.