En ex-RDA, une région minière table sur le pactole de la reconversion énergétique

Par

Vieux bastion minier, déserté par les jeunes et la main-d’œuvre qualifiée, la région de Lusace (ex-RDA) mise sur les milliards d’euros prévus par Berlin pour la transition énergétique du pays. Ici, trente ans après la chute du Mur, l’extrême droite marque des points en déployant son discours climato-sceptique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hoyerswerda (Allemagne), envoyé spécial.– Comment utiliser à bon escient les milliards d’euros promis pour faciliter l’abandon du charbon et assurer la transition économique ? Bordée par la frontière germano-polonaise et à cheval sur les deux Länder de Saxe et du Brandebourg, la Lusace (Lausitz), l’une des quatre grandes régions minières d’Allemagne, s’y prépare activement. Dans l’attente de la pluie d’or, les collectivités locales établissent fébrilement de longues listes de projets plus ou moins coûteux, plus ou moins judicieux.