Quel avenir pour EDF ? Le gouvernement avance masqué

En parlant de nationalisation d’EDF, le gouvernement espérait abattre toutes les oppositions. Il a suscité toutes les inquiétudes. Beaucoup redoutent que la sortie de la cote du groupe public ne soit le préambule au retour du « plan Hercule ». Le pouvoir se défend de tout projet de démantèlement de l’électricien. Personne ne le croit.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cela aurait dû passer comme une lettre à la poste. En annonçant le 6 juillet la prise de contrôle totale d’EDF, le gouvernement espérait abattre les oppositions internes et externes auxquelles il se heurte depuis plus de trois ans. Mais la magie du mot « nationalisation » mis en avant par l’exécutif n’a pas fonctionné comme attendu. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal