La crise est toujours bien là: la preuve par cinq

Par

Ceux qui annonçaient la fin de la crise parlent de moins en moins fort. Economies anémiées, banques toujours malades, zone euro en danger, bataille monétaire, banques centrales impuissantes: loin d'être jugulée, la crise financière mondiale semble prendre un nouveau tour en cette rentrée. Petit tour des cinq sujets qui risquent de nous hanter ces prochains mois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les voix qui annonçaient la reprise se font de moins en moins fortes. Chaque jour, un flot de chiffres, d'annonces viennent en effet confirmer ce que tout le monde pressent: la crise financière est loin d'être achevée, elle semble même entrer dans une nouvelle phase de développement. Activité économique, crise bancaire, problème de la zone euro, bataille monétaire, tous les clignotants sont au rouge. Cette seule journée de jeudi a donné l'illustration des tensions qui s'accumulent: l'Espagne a vu dégrader la note de sa dette par l'agence de notation de Moody's, en raison de ses perspectives économiques; l'Irlande a annoncé un nouveau plan de sauvetage de ses banques qui devrait plonger le déficit public à 32% du PIB; la Chine hausse le ton à l'égard des Etats-Unis, après la décision de la chambre des représentants de considérer le yuan comme une monnaie notoirement sous-évaluée, pouvant être assimilée à des subventions illégales.