La délirante guerre de sécession du Crédit mutuel Arkéa

Par

Issu de l’oligarchie de Bercy, Jean-Pierre Denis, le patron du Crédit mutuel Arkéa, cherche à faire croire qu’il est un « bonnet rouge » de la finance bretonne pour justifier la guerre de sécession qu’il mène contre sa maison-mère. Mediapart a enquêté sur cette guérilla bancaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est qu’une posture, et pour certains même une imposture, mais grâce à des communicants habiles, elle a en partie fonctionné : Jean-Pierre Denis, le président de Crédit mutuel Arkéa, la branche bretonne du Crédit mutuel, joue de la fibre régionaliste pour justifier la guerre de sécession qu’il a entreprise depuis près de quatre ans contre sa maison-mère, la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM). Et il est indéniable que la mise en scène « bretonnisante » a produit ses effets.