Nucléaire: l’autorité de sûreté exige plusieurs milliards d’investissements

Par
Les exploitants français du nucléaire vont devoir investir des milliards et des milliards d'euros dans leurs installations s'ils veulent poursuivre leurs activités. C'est la conclusion du rapport de l'ASN sur les évaluations complémentaires de sûreté, remis mardi matin à François Fillon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les exploitants français du nucléaire vont devoir investir des milliards et des milliards d'euros dans leurs installations s'ils veulent que leur autorité de sûreté (ASN) les autorise à poursuivre leurs activités. C'est la conclusion du rapport de l'ASN sur les évaluations complémentaires de sûreté, ces «stress tests» commandés par le gouvernement après l'accident de Fukushima, remis mardi matin à François Fillon ainsi qu'à EDF, Areva, et au CEA, les principaux opérateurs français. «Nous ne demandons pas ces investissements, nous les imposons», explique André-Paul Lacoste, le président de l'ASN, «nous jugeons que les installations ne peuvent continuer à fonctionner qu'avec ces investissements dans les délais que nous fixons. Sinon, on les arrêtera