Les précaires de l'université veulent sortir de l'«invisibilité»

Dans le cadre de la lutte contre la loi sur le travail, les précaires de l'enseignement supérieur et de la recherche veulent faire entendre leur voix pour dénoncer leurs conditions matérielles difficiles et obtenir des créations de postes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ils en ont assez d’être les « travailleurs invisibles de l’université ». Des doctorants, post-doctorants et non-titulaires de l’enseignement supérieur et de la recherche se mobilisent pour dénoncer leur condition de chercheurs précaires, dans le cadre de la contestation plus large contre la loi sur le travail, née depuis près de deux mois. Ils ont commencé, racontent-ils, à appuyer le combat des étudiants dans les universités, puis se sont dits qu'ils pouvaient adjoindre, à la somme des mécontentements, leurs propres luttes et besoins, même s'ils ne sont pas directement touchés par le contenu du projet de loi. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal