L’après-Draghi avive le débat sur le rôle de la BCE

Par

Officiellement, Mario Draghi ne quittera la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) que fin 2019. Mais en coulisses, beaucoup s’activent déjà autour de sa succession. Consternés par ce spectacle trop habituel en Europe, des économistes réclament une démocratisation de la prise de décision à la BCE.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Officiellement, Mario Draghi achève son mandat à la présidence de la BCE dans un peu plus de 18 mois. Le 31 octobre 2019 exactement. Mais, en coulisses, les grandes manœuvres pour préparer sa succession ont déjà commencé. Alors que quatre des six membres du directoire de la Banque centrale doivent changer au cours des deux prochaines années, le grand marchandage est engagé dans les réunions de l’Eurogroupe.